Home » Société » Parlez moi de vous !

Parlez moi de vous !

Avant de lire cet article, vous pouvez aussi écouter la chronique sur Radio Notre-Dame

Je souhaitais vous parler cette semaine d’un film qui m’a beaucoup touchée : « Parlez-moi de vous ». Il est selon moi une peinture de notre société, à travers l’histoire de Claire, une femme d’une quarantaine d’années, campée par une Karin Viard magistrale. Je connaissais l’actrice surtout dans des rôles de second plan, mais dans ce film elle prouve l’étendue de son talent. Elle crève l’écran.
Grâce à une caméra qui n’hésite pas à la filmer en gros plan, et à un scénario qui laisse planer le secret, on s’attache petit à petit à cette femme qui vit seule (avec son chien) et qui semble avoir réussi dans la vie : elle est très élégante, elle travaille à Radio France où elle répond le soir aux auditeurs et habite dans les beaux quartiers de Paris. Mais on se rend compte que c’est une femme qui souffre de nombreux tocs : par exemple elle a besoin de rituels en entrant dans son appartement, pour ouvrir son courrier ou écrire sur son ordinateur. Cet aspect névrosé et psychorigide peut paraître un peu bizarre mais ne nous empêche pas de la prendre en sympathie avec son chignon parfait et son allure un peu sévère et de s’intéresser à la raison de son mal-être.
Très vite, on comprend que cette femme souffre d’une blessure béante, liée à l’abandon de sa mère et que son repli sur elle-même vient de cette carence affective terrible qui la dévore encore à son âge. On sent chez cette femme une soif immense d’être aimée, qu’elle comble avec sa relation aux auditeurs. Mais dans la vie, elle est incapable de se laisser approcher, s’étant forgé une carapace digne d’un dinosaure de Jurassic Park. Alors est-ce que la quête de ses origines la conduira à s’ouvrir ? Au cours du film, elle rencontre une famille, elle entre dans un autre univers, et on sent que ça la déstabilise, on le voit sur son visage, car elle n’a pas connu cela, c’est nouveau pour elle. On voit qu’il se passe des choses en elle.
Le paradoxe de cette femme réside dans le fait qu’elle exerce à la radio un métier dans lequel elle est en relation permanente avec les autres, alors qu’elle vit dans la plus grande solitude (hormis son chien je le rappelle). Alors qu’actuellement en France environ 14% personnes vivent seules, cela nous interroge sur ce phénomène. Cette solitude devrait d’ailleurs entrainer dans les prochaines années une augmentation des névroses et des dépressions. En tant que chrétien, quel regard avoir sur la solitude qui peut parfois être douloureuse ? Eh bien, la solitude devrait plutôt être quelque chose de positif pour le chrétien, elle devrait être habitée par une présence autre, celle d’un Dieu qui nous aime et avec qui nous ne sommes jamais seuls. Il me semble que lorsque l’on parvient à apprivoiser sa solitude, en en faisant une richesse, elle nous permet d’aller à la rencontre des autres dans la vérité. Non pas pour combler notre vide, mais pour ce qu’ils sont vraiment.
Enfin, même si on peut juger triste la vie de Claire, ce film porte une Espérance. Malgré sa blessure, Claire apporte du réconfort aux autres et les encourage dans leur talent, aussi paradoxal que cela puisse paraître. Cela prouve qu’on peut quelque part transcender sa souffrance et en faire quelque chose de positif. Toujours avec humour et sans tomber dans le pathos, ce film nous invite donc à réfléchir… sur nous-mêmes, bref, ce film parle vraiment de nous.

Sylvie

One Response to “Parlez moi de vous !”

  1. J'ai vu ce film il y a quelques semaines,  je l'ai beaucoup aimé.  Ce que j'ai le plus aimé est le message d'Amour qu'elle passe à ses auditeurs et auditrices chaque soir sur l'antenne de Radio France.  Tu as raison de parler de la solitude.  Dans notre société actuelle il y a de plus en plus de personnes qui vivent seules. J'en connais beaucoup dans mon propre entourage.  Je pense que la solitude et nécessaire pour faire le vide autour de soi et  nous permet de se recentrer sur le Christ. Il ne faut pas qu'elle devienne pesante. Il faut agir avant que cette dernière nous replie sur nous même et nous empêche de grandir humainement et spirituellement.  L'Eglise en a pris conscience, il y a de plus en plus de groupes pour célibataires dont celui animé par le Père Denis Sonnet qui organisent  régulièrement des temps de rencontres et d'échange entre célibataires.  J'espère qu'un jour notre société oeuvrera dans ce sens.

Leave a Reply