Home » Archive by category 'Actualité'

Inch’All’Apôtre

octobre 10th, 2014 Publié dans Actualité Tags: , , , , ,

La version audio sur Radio Notre-Dame, elle fait partie du Top 10 
Le film l'Apôtre raconte la conversion d'un musulman au christianisme, donc dès le pitch on sent bien que le sujet va gratouiller. Raison de plus pour aller le voir. Tout d'abord, j'ai beaucoup appris sur les musulmans à côté de qui nous vivons et que finalement je ne connais pas ou très peu. On découvre une communauté d'hommes et de femmes, qui prient, qui s'instruisent, qui travaillent qui vivent, qui aiment. J'ai aussi appris sur le Coran : ce qu'il dit de la polygamie (les hommes doivent traiter chaque femme équitablement), la question de l'aumône, la zakât, qui ne peut être faite qu'entre musulmans, leur sens des traditions, leur hospitalité etc. Quelque chose de terrible est également présenté dans ce film : un musulman ne peut pas se convertir au christianisme, c'est absolument impensable. Dans certains pays, les convertis risquent même leur vie. On découvre ainsi le poids de la communauté, le poids du regard des autres, du jugement etc. Et puis, ce film c'est aussi la joie d'entendre parler arabe, la plus belle langue à mon avis pour parler à Dieu.

Alors, abordons sans tarder LA question qui fâche : est-ce un film prosélyte ? C'est sûr, ce film ne laisse pas indifférent. Plusieurs personnes sont d'ailleurs sorties de la salle, car le message sur le christianisme est particulièrement cash : on y parle de Jésus fils de Dieu, de Jésus Sauveur, de Jésus amour. La figure du prêtre est particulièrement saisissante : il accueille, il écoute, il entre en dialogue. Il est rarissime de voir ainsi l'Eglise présentée dans un film : sans caricature, juste telle qu'elle est. Chapeau à la réalisatrice. Donc non, ce n'est pas un film prosélyte même si le retournement du jeune Akim et ses propos extrêmement engagés peuvent choquer. Mais j'ai un ami qui était musulman qui s'est converti au christianisme je peux vous assurer que son enthousiasme est le même : il parle de Jésus qui le sauve, et parois il nous reproche de ne pas être assez convaincus, d'être trop tièdes, d'être dans la peur. Et ces jeunes musulmans qui se convertissent viennent nous déranger, car il ont fait une rencontre avec Jésus extraordinaire, qui a changé leur vie, et c'est pour nous un témoignage très puissant.

Enfin, j'ai été particulièrement touchée par l'amitié et l'amour qui règnent dans ce film. L'amitié tout d'abord entre Akim et Fabien, grâce à qui indirectement, Akim va rencontrer le Christ. L'amour surtout qui règne dans cette famille musulmane, entre les parents et les enfants, entre la fratrie, la relation des deux frères par exemple est magnifique. C'est sans doute cela qui compte dans ce film, au delà de nos différences, de nos cultures, de nos religions, l'amour qui dépasse tout. Sans être bisounours, en restant réaliste, la réalisatrice réussi le tour de force de nous faire passer ce message. Mais l'amour n'est possible que s'il respecte la liberté. Et en cela le film trouve sa puissance, car c'est sans doute l'expérience fondamentale que vit Akim : li est libéré. Ensuite il y a bien évidemment le pardon, car pas d'amour sans pardon et le rôle fondamentale de la prière. Bref un film qui peut déranger mais qui permet de penser que vivre ensemble est possible. Inch’Allah !

Sylvie

PS : en sortant de la séance, nous sommes tombés sur Touffik Kerwaz, qui joue le rôle de l'imam. Tellement crédible sans son rôle que j'avais encore l'impression de parler au personnage du film. Dans la vie civile, il ne connait pas le Coran par coeur ;-) En tout cas bonne nouvelle, il est partant pour #LightForIraq.
Pour en savoir plus sur le film, rendez-vous sur le site de Cheyenne Carron.

#LightForIraq : allumez le feu !

octobre 6th, 2014 Publié dans Actualité Tags: , , ,

Vous êtes tous invités à participer à cette grande chaîne de lumière et d'Espérance : http://lightforiraq.com/ pour prier et apporter réconfort à tous nos frères d'Irak !

Merci à Céline Hoyeau pour son article "Une flamme qui fait le tour du monde" pour l'Irak, dans La Croix du 6 octobre 2014 : juste après l'article sur le jumelage "Lyon Mossoul"

#LightForIraq

Les images défilent sous nos yeux : des tentes installées sous un soleil de plomb, des familles esseulées, des enfants hagards, ayant tout perdu, avec le sentiment d’être abandonnés. Je perçois sur les visages les émotions : la peur, la détresse, la tristesse, voire le désespoir. Le dénuement des minorités irakiennes réfugiées au Kurdistan s’offre crument à notre monde rassasié d’info. Je me cache les yeux devant les scènes de barbarie et de massacres. Et j’assiste impuissante à ce spectacle vivant, que dis-je à ce drame, qui se déroule sous le regard quasi impassible de l’Occident.

Au milieu de ce scénario sans issue auquel manque le héros, une voix cependant se fait entendre. Celle du pape François, qui implore et interpelle la communauté internationale. Serait-ce lui – et son message – le Deus ex machina qui permettrait le retournement de situation tant attendu ?  Grâce à Dieu, son appel a été relayé en France. On a même vu cet été une délégation d’évêques se rendre en Irak pour réconforter les populations. Et d’après les photos, ils n’ont pas passé leur temps à siroter des Caïpirinhas les doigts de pieds en éventail au bord d’une piscine.

Alors, comment faire nôtre cet appel et apporter notre soutien à nos frères victimes d’un génocide (ne nous voilons pas la face) à quelques milliers de kilomètres de chez nous ? Prier, sans cesse et sans relâche, faire un don à des associations, signer des pétitions (Au nom de l’humanité…) : certainement. J’ai d’abord pensé à une mobilisation nationale. Des milliers de personnes se sont mobilisées il y deux ans contre le mariage pour tous, pourquoi ne le pourraient-elles pas aussi pour les minorités d’Irak ? Plusieurs prières pour la paix, et un rassemblement qui se veut une manifestation d’ampleur nationale, lancée par le Collectif pour une manifestation de soutien aux Chrétiens et Yazidi d’Irak sont annoncés… Mais beaucoup autour de moi se sont montrés réticents à cette idée d’Union Sacrée. Je suis alors tombée sur cette vidéo, faite par Hozana : #LightforIraq. Et si on prolongeait cette initiative, pour sensibiliser l’opinion publique en manifestant, non pas dans la rue, mais on line notre prière et notre soutien à nos frères d’Irak ? Donnez-moi une bougie et je vous soulèverai le monde ! La rencontre impromptue le jour de la rentrée, et ce dans la même rue, de Thierry Mandon et de Benoît Hamon m’a convaincue de bouger. Se filmer avec une bougie ok, mais what else ? Il fallait y inclure le principe de viralité*. Tout le monde sur le web se challenge à coup de glace, pourquoi ne pas le faire avec le feu (de l’Espérance) ? Après le Ice Bucket Challenge, place au Light and Pray Challenge : #LightForIraq. Il s’agit d’un projet collectif : Sophie, du diocèse de Nantes, aussi convaincue que moi, a collaboré à sa mise en œuvre , ainsi que Thomas, d’Hozana, qui avait eu la même idée de smartnomination, Pontifex en Images qui a également rejoint le projet. Le blogueur Koz quant à lui, l'a tout de suite soutenu. Merci à tous ceux qui ont permis à cette idée de se concrétiser. Mais restait le problème du fait de lancer un défi pour prier. Ce qui paraissait bizarre. Plutôt que de nominer, si on se transmettait la bougie ?

L’espace d’un week-end, Fr. Philippe Jaillot, Koztoujours, Père Jean-Sébastien Strumia, Faustine Fayette, Mgr Carré, Père René-Luc, Grégory Turpin etc. ont déjà participé ! La flamme est maintenant entre vos mains. Alors allumez une bougie depuis toutes les villes de et hors de France, dans des lieux emblématiques et faites tourner ! Sans oublier d’ajouter le hashtag #LightForIraq. Invitez vos amis à transmettre cette lumière d’Espérance pour qu’enfin « The End » apparaisse pour conclure ce film insoutenable.

Sylvie

PS : sur Facebook : https://www.facebook.com/LightForIraq et sur Twitter : @LightForIraq et aussi http://www.lightforiraq.com

A lire aussi sur Cahier Libres

*sur les réseaux sociaux ce terme se dit d’un phénomène qui se propage tel un virus

Trêve estivale

juillet 26th, 2014 Publié dans Actualité Tags: , , , , ,

Avec l'été, la pause s'impose. Autant vous dire que ce blog entre donc dans sa trêve estivale.

Je vous souhaite que ces vacances soient un temps de ressourcement, auprès de Dieu, de votre homme, de votre femme, de vos enfants,de votre barbecue, de votre vélo… Que ce temps puisse recharger vos batteries à 100 voire à 200% pour que vous puisiez tout au long de l'année dans cette énergie vitale.

Cependant n'oublions pas pendant nos vacances de garder nos coeurs tournés vers l'Orient, en particulier la Syrie, l'Irak, Israël et la Palestine. Il va falloir certainement se bouger sérieusement à la rentrée, sans doute en écrivant au Président et à nos députés ou en trouvant d'autres initiatives.
Profitons à fond de notre temps de vacances, pour être capables à la rentrée, de revenir plus forts et plus déterminés.

Sylvie

Ne pas se couper du monde

juin 20th, 2014 Publié dans Actualité Tags: , , , , , ,

Version audio sur Radio Notre-Dame, il manque le début mais bon…

Si on m'avait dit il y a quelques temps que j'allais connaître presque toute la composition de l'équipe de France grâce au Jour du Seigneur (c'est là où je travaille) j'avoue que j'aurais eu du mal à le croire. En effet, pour faire la promotion d'une émission consacrée au foot, je me suis intéressée à la Coupe du monde. Moi qui suis excédée par le moindre multiplex et zappe dès que j'entends le Moscato Show ou On refait le match. C'est amusant de voir que l'on peut évoluer et je pense aujourd'hui à tous ceux qui se disent que l'on va manger du foot à tous les repas, et à toutes les sauces et qui en ont par avance marre de la Copa del Mundo. Eh bien, je pense que c'est passer à côté de la joie d'un moment populaire qui a son charme. D'ailleurs le pape François a lui même exalté les valeurs du foot en souhaitant à tous une bonne Coupe du monde. On peut se réjouir de cette compétition internationale, qui nous rassemble, qui nous galvanise, qui permet à des tas de gens de se rencontrer. Lorsque la France joue, se perçoit comme un sentiment de fraternité que l'on ne voit que pendant les Coupes du monde. On a même envie d'aller embrasser son voisin de pallier à chaque but ! C'est donc important je pense de s'associer à cet enthousiasme et de ne pas se "couper du monde".

Mais ce ciel n'est pas sans nuages. La Coupe du monde n'est pas seulement un moment de ferveur populaire mais un immense business. Les évêques du Brésil ont d'ailleurs dénoncé l'expulsion de familles pauvres pour construire des stades. Et la révolte sociale qui gronde au Brésil est légitime. Beaucoup d'argent a été dépensé pour des infrastructures qui ne serviront quasiment plus, alors que le pays a de gros manque en termes d'hôpitaux et de système éducatif. J'ai eu la chance d'aller à Rio l'an dernier pour les JMJ : ils étaient en train de monter d'immenses palissades le long de l'autoroute entre l'aéroport et la ville pour que les supporters du Mondial ne voient pas l'étendue des favelas. Pendant toute la Coupe du monde, les vendeurs à la sauvette ne pourront pas aller travailler sur les plages, cela pour privilégier les ventes des sponsors. Cela révèle malheureusement que l'argent a pris le dessus sur le sport et sur les hommes. Quand on sait que le coût du mondial s'élève à 11 milliards de dollars, cela laisse songeur.

Il ne nous reste plus qu'à souhaiter que les valeurs de fraternité, de respect, de solidarité véhiculées par le foot puissent un jour aider à construire une société plus juste. Mais encore faut-il que ces valeurs soient réellement vécues et qu'elles ne soient pas perverties par l'appât du gain au mépris des pauvres. J'ai mon petit espoir. Je pense à la conscience des joueurs, qui un jour seront sans doute aux commandes des grandes instances. Certains parmi eux sont chrétiens, évangéliques mais il y a aussi des catholiques, Yohan Cabaye, Mathieu Debuchy, Olivier Giroud, Rémy Cabella. Une nouvelle génération est peut-être en train de se lever, une génération qui aura plus d'éthique et qui n'oubliera pas, une fois au pouvoir, les pauvres et les petits.

Sylvie